Chanson du Jour: Le Métèque (1969)

Georges Moustaki (born Giuseppe Mustacchi) gave France some of its best-loved music, writing over 300 songs for some of the most popular singers, including Edith Piaf, who popularized his composition Milord.

As a young musician, Georges Brassens took Moustaki under his wing, introducing him to artists and intellectuals hanging out in the cafes around Saint-Germain-des-Prés. Moustaki eventually adopted the first name of the only musician he called “master.”

Moustaki wrote Le Métèque in 1969, and it was his first breakthrough hit.

Françoise Hardy doesn’t actually sing on this – as the YouTube title might suggest. Yet I would say her presence adds a certain je ne sais quoi.

Chanson Du Jour: Les Passants

George Brassens – Les Passants

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu’on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu’on connait à peine
Qu’un destin différent entraîne
Et qu’on ne retrouve jamais

A celle qu’on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s’évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu’on en demeure épanoui

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu’on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu’on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

A la fine et souple valseuse
Qui vous sembla triste et nerveuse
Par une nuit de carnaval
Qui voulu rester inconnue
Et qui n’est jamais revenue
Tournoyer dans un autre bal

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d’un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D’un avenir désespérant

Chères images aperçues
Espérances d’un jour déçues
Vous serez dans l’oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu’on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l’on a manqué sa vie
On songe avec un peu d’envie
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu’on n’osa pas prendre
Aux cœurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu’on n’a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir
On pleure les lêvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l’on n’a pas su retenir