Georges Brassens “Je me suis fait tout petit”

Je n’avais jamais ôté mon chapeau,
Devant personne,
Maintenant je rampe et je fais le beau,
Quand elle me sonne
J’étais chien méchant, elle me fait manger,
Dans sa menotte
J’avais des dents d’loup, je les ai changées,
Pour des quenottes
Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée,
Qui ferme les yeux quand on la couche
Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée,
Qui fait Maman quand on la touche

J’étais dur à cuire, elle m’a converti,
La fine mouche
Et je suis tombé tout chaud, tout rôti,
Contre sa bouche
Qui a des dents de lait quand elle sourit,
Quand elle chante
Et des dents de loup quand elle est furie,
Qu’elle est méchante
Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée,
Qui ferme les yeux quand on la couche
Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée,
Qui fait Maman quand on la touche

Je subis sa loi, je file tout doux,
Sous son empire
Bien qu’elle soit jalouse au-delà de tout,
Et même pire
Une jolie pervenche qui m’avait paru,
Plus jolie qu’elle
Une jolie pervenche un jour en mourut,
A coups d’ombrelle
Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée,
Qui ferme les yeux quand on la couche
Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée,
Qui fait Maman quand on la touche

Tous les somnambules, tous les mages m’ont,
Dit sans malice
Qu’en ses bras en croix, je subirai mon,
Dernier supplice
Il en est de pires il en est d’meilleurs,
Mais à tout prendre
Qu’on se pende ici, qu’on se pende ailleurs,
S’il faut se pendre
Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée,
Qui ferme les yeux quand on la couche
Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée,
Qui fait Maman quand on la touche